Précarité

Connaître ses droits, les défendre et les protéger

La sécurité d’emploi a été l’un des enjeux majeurs des premières luttes syndicales. La précarisation du travail demeure toujours une des grandes préoccupations de la FAE, car malgré la clause de sécurité d’emploi enchâssée dans la convention collective, il semble que celle-ci soit de plus en plus fragilisée.

Lorsqu’on analyse un peu la situation, on constate que plus de 42 % des enseignantes et enseignants ont toujours un statut précaire. Les secteurs de l’éducation des adultes (EDA) et de la formation professionnelle (FP), avec le gain de la dernière négociation FAE, comptent toujours plus de 70 % d’enseignantes et enseignants sans sécurité d’emploi.

Même si l’arbitraire patronal est de mieux en mieux balisé, force est de constater que certaines luttes ne sont pas terminées. Les commissions scolaires semblent de plus en plus créatives. Ainsi, la mise sur pied de multiples projets pédagogiques particuliers, la création d’exigences particulières, le morcellement de certains postes, l’organisation des plages horaires, etc. contribuent largement à créer, notamment au secteur des jeunes, un plus grand nombre de postes à statut précaire.

De plus, les demandes de l’industrie, les exigences d’Emploi-Québec, les entrées et les sorties variables des élèves et la volonté des commissions scolaires et du MELS d’imposer un plus grand droit de gérance expliquent le pourcentage anormalement élevé d’enseignantes et enseignants sans sécurité d’emploi.

Connaître ses droits et les défendre contribue à protéger les gains passés et à paver la voie pour d’autres améliorations des conditions de vie et de travail.

Pour en connaître plus
La précarité – dépliant

Pour en savoir plus, consultez le centre de documentation

Relations du travail
En savoir plus
Pédagogie
En savoir plus
Sociopolitique
En savoir plus
Projets
elipse
Mouvement héros
POSTE-APOSTE-v2
Poste à poste
Bulle-SPEP-FAE
Semaine pour l’école publique
Guide-des-mythes
Mythes de la profession enseignante