Actualités
20 novembre 2012

Budget gouvernemental
2013-2014

Des mesures qui ne répondent pas aux besoins en éducation. La FAE exprime sa grande insatisfaction à l’égard du dépôt du premier budget du gouvernement Marois. Alors que l’on s’attendait à des investissements en éducation, on assiste au contraire à des compressions additionnelles pour les commissions scolaires. C’était déjà inacceptable l’an dernier, ce l’est tout autant cette année.

 

« Comment le gouvernement peut-il prétendre, avec une si faible augmentation, financer la croissance des coûts de système lorsqu’on connaît les besoins urgents auxquels il faut répondre? Uniquement pour le parc immobilier, l’entretien des édifices vétustes et insalubres, l’aménagement de nouveaux locaux pour répondre à l’application de la baisse du nombre d’élèves par classe, et dans certains cas, la construction de nouvelles écoles nécessitent à eux seuls des investissements majeurs. Comment la ministre Marie Malavoy pourra-t-elle dans ces conditions mettre sur pied son projet de classes préscolaires quatre ans temps plein? Bien que mentionné, il n’y a aucune précision à ce sujet. On ne voit pas comment, avec si peu d’argent, on peut maintenir la mission même de l’école publique et respecter le principe de l’égalité des chances pour tous les élèves », a déclaré Pierre St-Germain, président de la FAE.

Pour en connaître plus
Budget 2013-2014 : des mesures inexistantes pour l’éducation – communiqué

Pour en savoir plus, consultez le centre de documentation