Actualités
29 mai 2019

Concours héros – La FAE honore trois lauréats qui défendent la qualité de l’information

Pour la 3e année, la FAE a honoré les lauréats de son concours héros – La grande rédaction. Sofiya Kyrylchenko a reçu le prix La Presse, Pénélope Barnabé a reçu le prix Le Devoir et Charles-Antoine Giard a reçu le prix Amnistie internationale section francophone. Ils ont été sélectionnés parmi plus de 70 textes reçus et par un jury mis sur pied par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ). Tous ont traité du thème proposé : la qualité de l’information à l’ère des médias sociaux.

Alain Marois, v.p. à la vie politique, Sofiya Kyrylchenko, lauréate, Chantal Poulin du SEPÎ et Sylvie Zielonka, enseignante.
Caroline Berger, enseignante, Brian Myles, le directeur du Devoir, Pénélope Barnabé, lauréate, et Alain Marois.
Sophie Veilleux du SEHY, Alain Marois, Charles-Antoine Giard, lauréat, et Marilène Scott, enseignante.

 

Sofiya Kyrylchenko, une élève de cinquième secondaire à l’École secondaire d’Anjou, à Montréal, gagne un stage de deux jours au quotidien La Presse. Sa lettre d’opinion est parue dans La Presse+.  La deuxième lauréate, Pénélope Barnabé, étudie en quatrième secondaire à l’École internationale de Montréal. Elle a reçu son prix des mains de Brian Myles, le directeur du Devoir, qui s’est déplacé pour l’occasion et a répondu aux questions des élèves. Elle gagne un abonnement d’un an au quotidien Le Devoir et sa lettre paraîtra aussi sous peu. Enfin, le troisième lauréat, Charles-Antoine Giard, élève de quatrième secondaire à l’École de la Haute-Ville, à Granby, recevait aujourd’hui son prix, soit une formation intensive de trois jours avec Amnistie internationale.

Créé en 2008 par la FAE, le mouvement héros rassemble les enseignantes et enseignants qui adhèrent aux valeurs mises de l’avant par héros (humanité – écocitoyenneté – respect – ouverture – solidarité) et qui souhaitent les promouvoir. « Comme fédération syndicale à la défense des enseignantes et enseignants, mais aussi des élèves et de l’école publique, le volet écriture de ce concours nous permet d’affirmer l’importance de la langue française. Celle-ci est indispensable, car elle permet à toutes et tous d’accéder au patrimoine culturel du Québec et ainsi d’exercer pleinement leur citoyenneté, notamment en rédigeant des lettres d’opinion comme l’ont fait nos lauréats. Nous sommes donc très fiers que les participants de cette année aient exercé ce droit, notamment sur le thème de la qualité de l’information. Nous félicitons particulièrement nos trois lauréats pour leur éloquence et nous leur souhaitons bonne continuation de leurs études! », a déclaré Alain Marois, vice-président à la vie politique de la FAE.

Un jury signé FPJQ

Les membres du juré, soit Kathleen Lévesque, journaliste à La Presse, Marie-Andrée Chouinard, directrice de l’information au quotidien Le Devoir, et Anne Sainte-Marie, responsable des communications chez Amnistie internationale – Canada francophone, sont rapidement parvenues à déterminer les trois gagnants. « Les textes des lauréats traitaient avec sérieux de plusieurs des enjeux et défis concernant les nouveaux médias. Le texte de Sofiya présentait un angle original, celui de Pénélope était très bien tourné et vivant, et enfin, celui de Charles-Antoine s’appuyait sur de nombreuses références, avec une chute bien nette », ont précisé les membres du jury. Finalement, les membres du jury recommandent qu’un module de sensibilisation à la qualité de l’information soit offert en milieu scolaire afin d’outiller un maximum d’élèves.

La FAE remercie tous les partenaires qui se sont associés à ce concours et qui ont permis de remettre aux lauréats de très beaux prix. Elle félicite aussi les élèves ayant participé et les invite à recommencer l’an prochain. Pour plus de détails sur le concours, visitez le https://www.facebook.com/mouvementheros/.

Profil de l’organisation

La FAE regroupe neuf syndicats qui représentent près de 44 000 enseignantes et enseignants du préscolaire, du primaire, du secondaire, de l’enseignement en milieu carcéral, de la formation professionnelle, de l’éducation des adultes et le personnel scolaire des écoles Peter Hall et du Centre académique Fournier, ainsi qu’un millier de membres de l’Association de personnes retraitées de la FAE (APRFAE). Elle est présente dans sept régions : Montréal, Laval, Québec et Outaouais, dans lesquelles se trouvent les quatre plus grands pôles urbains du Québec, ainsi que dans les Laurentides, l’Estrie et la Montérégie.

– 30 –

 Source : Fédération autonome de l’enseignement

Renseignements : Marie-Josée Nantel, conseillère au service des communications, au 514 603-2290 ou à mj.nantel@lafae.qc.ca

Pour en connaître plus
La FAE honore trois lauréats qui défendent la qualité de l’information – communiqué

Pour en savoir plus, consultez le centre de documentation

Relations du travail
En savoir plus
Pédagogie
En savoir plus
Sociopolitique
En savoir plus
Projets
Mouvement héros
Poste à poste
Semaine pour l’école publique
Mythes de la profession enseignante