Actualités
07 juin 2020

Les profs et leurs élèves ne sont pas des pions!

Le bilan est brutal : à quelques semaines de la fin l’année scolaire 2019-2020, Sylvain Mallette, président de la FAE, et Simon Viviers, professeur et chercheur en santé mentale au travail, à l’Université Laval, estiment que plusieurs décisions gouvernementales prises depuis le début de la crise sanitaire nuisent non seulement au réseau des écoles publiques du Québec, mais aussi aux personnels qui y œuvrent et aux élèves jeunes et adultes qui la fréquentent. Malheureusement, les effets de ces mauvaises décisions se feront sentir pendant de nombreuses années. La profession enseignante, déjà fragilisée par des années d’austérité budgétaire, par un manque de reconnaissance et de valorisation ainsi que par l’imposition de la Réforme Roberge, était en souffrance trop longtemps. Or, l’improvisation des derniers mois a provoqué de la désorganisation et de la confusion dans le réseau au point de pousser les travailleuses et travailleurs vers une plus grande détresse psychologique, selon M. Viviers. La pandémie contribue à creuser les inégalités et le désordre observés dans les milieux de travail. Elle exacerbe les situations qui conduisent à la détresse psychologique des personnels de l’éducation. Elles témoignent aussi d’une vision qui déshumanise les femmes et les hommes qui enseignent dans le réseau des commissions scolaires. De plus, l’absence d’un leadership bienveillant en éducation accentue le sentiment de violence organisationnelle ressenti depuis un bon moment au sein de la profession enseignante.

« Les profs s’attendaient à devoir s’adapter comme toutes les autres travailleuses et tous les autres travailleurs du Québec, mais ils s’attendaient aussi à ce que les efforts supplémentaires qu’ils ont déployés depuis le début de la crise sanitaire soient pleinement reconnus. Malheureusement, certaines personnes leur font porter le poids des cafouillages dans le réseau et entretiennent les préjugés à leur égard. Cette situation provoque du désarroi, de la colère et du découragement et crée un environnement encore plus nocif. Personne ne peut nier que l’école publique a été traumatisée et qu’il faudra des années au réseau pour s’en remettre », explique M. Viviers.

Lire le communiqué complet

Pour en connaître plus
COVID-19 – Les profs et leurs élèves ne sont pas des pions – communiqué

Pour en savoir plus, consultez le centre de documentation