Actualités
21 juin 2013

Un grand pas pour les «sans-papiers»

La FAE accueille favorablement la mesure administrative temporaire, annoncée par la ministre de l’Éducation, Marie Malavoy, et la ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, Diane De Courcy, permettant l’accès à l’école à des centaines d’élèves dont le statut n’est pas encore conforme selon les règles d’immigration.

 

Le Québec fait ainsi un grand pas pour remplir ses obligations en vertu du droit international. En effet, le droit à l’éducation est reconnu à toute personne sans discrimination et consacré dans de nombreux documents internationaux, notamment la Déclaration universelle des droits de l’homme ou encore la Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l’enseignement de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

 

« Il faut reconnaître que les deux ministres ont agi avec diligence pour régler une situation qui était inacceptable pour quelques centaines d’élèves. Par une simple mesure administrative, on va ainsi permettre à tous les enfants se retrouvant en sol québécois de fréquenter l’école dès la prochaine rentrée. Il faut maintenant souhaiter que le gouvernement puisse adopter les dispositions réglementaires et législatives, comme l’a fait l’Ontario, pour régler le cas des enfants qui échappent à la mesure temporaire parce qu’eux et leurs parents se trouvent dans la clandestinité », a déclaré Pierre St-Germain, président de la FAE.

Pour en connaître plus
Un grand pas pour les «sans-papiers» – communiqué

Pour en savoir plus, consultez le centre de documentation