Nouvelle autonome
30 octobre 2018

Bourse Jeune raccrocheuse 2018 : Kim Heynemand

kim_portrait_nom

La rue a longtemps fait partie de la vie de Kim. À 15 ans, elle fugue pour la première fois et commence à vivre peu à peu dans la rue. « Les deux années qui ont suivi ont été un mélange entre la rue, la DPJ, et des essais de réintégration dans ma famille. » À 17 ans, elle se trouve un appartement, mais la situation ne s’améliore pas pour autant. « Mon mode de vie n’avait pas changé. Plusieurs de mes amis vivaient chez moi, car ils étaient sans toit. » À 19 ans, elle devient maman.

En dépit de nombreux obstacles, Kim a toujours persévéré dans ses études. Parfois elle allait à l’école, parfois non, mais jamais elle n’y a renoncé totalement. « Je n’étais pas capable de prendre la décision d’arrêter. Le décrochage a été la conséquence d’autres choix. » À 23 ans, elle termine ses bases de 4e secondaire avec l’aide de l’organisme Dans la rue à Montréal. Kim aurait voulu poursuivre ses études, mais elle a dû intégrer le marché du travail afin de subvenir aux besoins de sa famille.

C’est alors que s’est entamé un nouveau chapitre de sa vie. Elle a passé les dix années suivantes à aider les autres. D’abord comme pair-aidante au sein d’organismes du centre-ville de Montréal qui œuvrent auprès des jeunes itinérants. Puis, comme intervenante de rue chez Cactus Montréal, un organisme qui vient en aide aux toxicomanes et travailleuses du sexe. Sa vie était alors beaucoup plus stable, mais elle songeait depuis longtemps à couper ses liens avec la rue pour de bon. « C’est difficile de franchir le fossé entre nous, les personnes de la rue, et le reste de la société. Ça m’a pris beaucoup de courage. »

Aujourd’hui, Kim étudie à l’École des métiers du Sud-Ouest à Montréal en dessin du bâtiment. Elle a surmonté ses difficultés avec l’informatique, outil essentiel dans ce domaine, à force de persévérance et d’acharnement. Kim envisage son avenir avec positivisme et a une bonne idée du type d’emploi qu’elle aimerait faire. « J’ai eu un coup de cœur pour le dessin de structures d’acier. C’est beaucoup de travail sur le terrain, ce qui correspond bien à ma personnalité. »

Kim est définitivement une battante, une femme déterminée pour qui tous les obstacles sont surmontables.


Voir tous les articles


Abonnez-vous à notre pour recevoir toutes les nouvelles !

Relations du travail
En savoir plus
Pédagogie
En savoir plus
Sociopolitique
En savoir plus
Projets
Mouvement héros
Poste à poste
Semaine pour l’école publique
Mythes de la profession enseignante