Nouvelle autonome
18 septembre 2018

Qui sera le prochain ministre de l’Éducation?

Depuis l’arrivée du gouvernement libéral de Philippe Couillard en 2014, quatre ministres se sont succédé à titre de ministre de l’Éducation (Yves Bolduc, de 2014 à 2015; François Blais, de 2015 à 2016; Pierre Moreau, en 2016 et Sébastien Proulx depuis 2016). Après l’élection du 1er octobre prochain, qui sera nommé à ce poste occupé pour la première fois par Paul Gérin-Lajoie en 1964? Voici, pour chacun des principaux partis politiques et par ordre alphabétique de nom, la personne qui assume le rôle de porte-parole de son parti en matière d’éducation.

1. Gabriel Nadeau-Dubois (QS)

Élu député de Gouin en 2017, il est porte-parole de Québec solidaire (QS) en matière d’éducation depuis son élection. Lors de la grève étudiante de 2012, il agissait comme porte-parole de la CLASSE, un regroupement étudiant pour la gratuité scolaire. QS fait la promotion de la gratuité scolaire du préscolaire aux études supérieures. De plus, le parti s’engage à abolir sur cinq ans le financement public des écoles privées et propose un plan d’intégration de ces écoles dans le système public.

En savoir plus sur Gabriel Nadeau-Dubois

2. Carole Poirier (PQ)

Élue députée d’Hochelaga-Maisonneuve en 2008, et première vice-présidente de l’Assemblée nationale entre 2012 et 2014, elle est nommée porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation et de persévérance scolaire en février 2018. Comme engagement électoral majeur, le Parti Québécois (PQ) met de l’avant un projet de loi établissant un bouclier de protection budgétaire. Ce projet vise à assurer un « plancher » de financement des services à l’éducation, à l’enfance et à la protection de la jeunesse.

En savoir plus sur Carole Poirier

3. Sébastien Proulx (PLQ)

Élu député de Jean-Talon en 2015 et nommé ministre de l’Éducation en 2016, il est le ministre de l’Éducation qui a su rester en place le plus longtemps durant le dernier mandat libéral. Il souhaite notamment poursuivre les travaux qu’il a entamés à titre de ministre de l’Éducation, tels ceux issus de la Politique de la réussite éducative, qui met l’accent sur l’intervention précoce et l’importance du numérique. Des engagements ont aussi été présentés pour une bonification des investissements en infrastructures scolaires.

En savoir plus sur Sébastien Proulx

4. Jean-François Roberge (CAQ)

Élu député de Chambly en 2014, cet ancien enseignant a présenté, en janvier 2018, un Plan de gouvernance scolaire proposant la transformation des commissions en centre de services et l’abolition des élections scolaires. En mai 2018, un Plan de valorisation de la profession enseignante comprenant plusieurs mesures est également déposé. L’une d’entre elles prévoit que la Loi sur l’instruction publique serait modifiée de manière à reconnaitre le statut d’expert de la pédagogie que détiennent les enseignantes et enseignants.

En savoir plus sur Jean-François Roberge


Voir tous les articles


Abonnez-vous à notre pour recevoir toutes les nouvelles !

Relations du travail
En savoir plus
Pédagogie
En savoir plus
Sociopolitique
En savoir plus
Projets
Mouvement héros
Poste à poste
Semaine pour l’école publique
Mythes de la profession enseignante