Nouvelle autonome
18 septembre 2018

« Une école efficace, car équitable » passage à Montréal du chercheur et spécialiste des politiques d’éducation Pasi Sahlberg

« Il n’y en a pas, il n’y a pas de recette magique » répond d’emblée le chercheur finlandais Pasi Sahlberg au public l’interrogeant sur les « secrets » du modèle scolaire finlandais, le 12 septembre dernier à l’École nationale d’administration publique. Grâce à l’organisation du Mouvement L’école ensemble, le public québécois a pu assister pour la première fois à une conférence de cet enseignant et désormais conseiller en politiques publiques, reconnu mondialement pour ses recherches sur le système scolaire finlandais au sein duquel il a œuvré pendant de nombreuses années.

« Il n’y a pas de formule magique, mais il y a un constat indéniable : une corrélation claire existe entre l’équité d’un système scolaire et sa qualité. » En somme, les meilleurs systèmes scolaires au monde peuvent être différents à plusieurs niveaux, mais ont comme principal point commun d’être équitables, c’est-à-dire d’assurer une mixité sociale dans l’ensemble de leurs écoles.Pasi171

Lorsque l’on sait que le système scolaire québécois est le plus inégalitaire au Canada, ce constat a de quoi inquiéter. Comment contrer cette iniquité au Québec? La fin du financement public des écoles privées est une orientation de plus en plus citée pour mettre fin à l’iniquité du système scolaire. « Lorsque cette possibilité est évoquée, on nous répond que c’est impossible, que le système québécois est ainsi. Comment passer de l’inenvisageable à l’envisageable? » questionne un spectateur.

L’expert rappelle d’abord que les succès de l’école finlandaise reposent sur plusieurs facteurs qu’en pointer un seul est indubitablement réducteur. L’analyse des orientations historiques en éducation permet toutefois à cet ancien directeur du ministère de l’Éducation finlandais de mettre en lumière certaines variables et de partager à son auditoire les leçons de l’expérience finlandaise.

En Finlande entre 1945 et 1970, les écoles privées se multipliaient pour répondre à la hausse démographique, la ségrégation scolaire était très forte, la spécialisation des élèves hâtive (dès douze ans) et le coût des études était élevé. M. Sahlberg n’a pas manqué de souligner que durant cette période, l’école finlandaise était qualifiée de médiocre : les taux de diplomation étaient catastrophiques.

Non sans opposition, débats houleux et fractures, la Finlande décide de prendre un grand virage à l’orée des années 1970. L’État cesse de financer ses écoles privées et inscrit législativement l’impossibilité de faire de la sélection d’élèves : la ségrégation scolaire devient illégale. D’autres mesures sont également mises en place, telle une refonte des parcours scolaires pour limiter la spécialisation hâtive ainsi que la gratuité scolaire à tous les niveaux. Le système finlandais est devenu en trente ans l’un des plus égalitaires au monde.

« En l’an 2000, à l’arrivée des premiers tests PISA, nous étions nerveux. Nous savions que notre virage en éducation serait jugé en fonction de ses résultats. Nous étions premiers. J’entretiens un rapport ambivalent avec les tests PISA » conclut M. Sahlberg. Il en questionne la méthodologie et la portée, tout en reconnaissant que les succès finlandais à ces tests constituent les meilleurs remparts pour protéger leur système 100 % public.

« Sans nos excellents résultats, les tenants du “libre choix” reviendraient à la charge, en soutenant que le privé peut faire mieux que le public. Que la concurrence est bénéfique pour le système. » Or, c’est la principale leçon de l’expérience finlandaise : la concurrence est indéniablement néfaste à la qualité de l’ensemble du système d’éducation. « Le statu quo au Québec sur le financement public des écoles privées doit impérativement être remis en question », conclut un spectateur.


Voir tous les articles


Abonnez-vous à notre pour recevoir toutes les nouvelles !

Relations du travail
En savoir plus
Pédagogie
En savoir plus
Sociopolitique
En savoir plus
Projets
Mouvement héros
Poste à poste
Semaine pour l’école publique
Mythes de la profession enseignante