EHDAA

Réussir l’intégration des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) a toujours fait partie des objectifs de la FAE. L’intégration tous azimuts vécue lors de la mise en œuvre de la réforme, en 1997, a pris une telle ampleur que, quelques années plus tard, même le premier ministre, Jean Charest, affirmait qu’elle était allée trop loin.

Afin de dénoncer cette situation, la FAE s’est jointe à la Coalition pour une intégration réussie, créée en 2011. Cette coalition, regroupant plusieurs associations et individus, s’inscrivait dans une lutte pour revendiquer la mise en place de conditions pour assurer une intégration plus harmonieuse. En ce sens, elle revendiquait, entre autres, l’accès à des services adaptés et suffisants aux élèves.

La FAE a également élaboré, en 2010,  32 revendications pour une intégration réussie. Celles-ci sont regroupées sous quatre grands axes de revendication pour mettre en place un modèle assurant une intégration réussie. Il faut d’abord faire de la prévention et de l’intervention précoce de véritables priorités. Il faut ensuite placer l’identification des difficultés des élèves au cœur de l’ensemble du processus. Puis, il faut s’assurer que la décision d’intégrer un élève à la classe ordinaire s’effectue dans le plus grand respect de certaines conditions préalables. Enfin, on ne saurait apporter de solutions à la question de l’intégration des élèves HDAA sans valoriser l’école publique et investir de façon à la soutenir pleinement.

Sur la base de ces 32 revendications, la FAE a négocié et conclu une entente avec le Comité patronal de négociation pour les centres de services scolaires francophones (CPNCF) au sujet des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage. Plusieurs changements sont apportés à la convention collective dont :

Ces actions sont un pas dans la bonne direction. Parce que lorsque l’on parle des élèves HDAA, il n’est jamais trop tard pour agir.

Consultez le guide d’application de l’entente ICI.